ceci est une pan.able
faire défiler le contenu horizontalement pour naviguer dans ce projet

  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31
  • 32
  • 33
  • 34
  • 35
  • 36
  • 37
  • 38
  • 39
  • 40
  • 41
  • 42
  • 43
  • 44
  • 45
  • 46
  • 47
  • 48
  • 49
  • 50
  • 51
  • 52
  • 53
  • 54
  • 55
  • 56
  • 57
  • 58
  • 59
  • 60
  • 61
  • 62
  • 63
  • 64
  • 65
  • 66
  • 67
  • 68
  • 69
  • 70
  • 71
  • 72
  • 73
  • 74
  • 75
  • 76
  • 77
  • 78
  • 79
  • 80
  • 81
  • 82
  • 83
  • 84
  • 85
  • 86
  • 87
  • 88
  • 89
  • 90
  • 91
  • 92
  • 93
  • 94
  • 95
  • 96
  • 97
  • 98
  • 99
%
preiew print

crème pour voler

mémoire matérielle d'un épistemicide ?

aniara rodado - 09 novembre, 2023

la langue originale de cet article est française

tags :

layout format :

à propos de la contribution

Le concept d’épistémicide – créé par Boaventura de Sousa Santos et développé dans ses liens avec la suprématie blanche par Sueli Carneiro – décrit l’éradication systématique des savoirs du « tiers-monde » par la science occidentale. L’épistémicide et le génocide sont deux éléments fondamentaux et inséparables du processus colonial. L’Europe n’est pas épargnée par un tel désastre : la chasse aux sorcières a aussi fait partir en fumée des systèmes de connaissances complexes.

L’ onguent des sorcières – tant cité dans les procès de sorcellerie européens – était une préparation destinée à être appliquée sur la peau et les muqueuses du rectum ou du vagin pour générer des états altérés de conscience.

Dans le débat scientifique sur cet onguent, un certain nombre d’auteurxs discréditent la présence de cultures chamaniques pré-chrétiennes dans l’Europe du XVe siècle (Clifton 2019, Ostling 2016). Des historienxs et botanistexs assurent que les plantes du genre Datura – d’origine américaine, le nom vient du sanskrit dhattūra et la fleur est associée à Shiva –, présent dans de nombreuses recettes d’onguents, n’ont pas pu être utilisé en Europe avant la colonisation d’Abya Yala (Geeta 2016, Hatsis 2015). Pourtant, des sources indiennes, arabes, persanes et andalouses confirment l’hypothèse de l’arrivée de cette plante sur d’autres continents avant la colonisation. Mais le monde universitaire semble en difficulté lorsqu’il s’agit de mener des travaux de recherche transdisciplinaires prenant en compte des sources non eurocentrées, comme nous l’avons constaté dans notre processus de recherche – contrairement à l’arrivée de la patate douce avant la colonisation d’Abya Yala, laquelle est bien documentée (Brand 1971, Roulier 2013). Le fait qu’il n’existe pas de continuité rituelle pour l’utilisation de ces plantes dans la culture européenne contemporaine ne confirme pas l’absence de ces pratiques, mais ouvre un champ à reconstruire, traversé par des tabous, des silences et des secrets, producteurs d’ignorance. La Datura stramonium sont un exemple parmi d’autres de plantes et pratiques chamaniques ayant été « déconsidérées ». Une histoire de manipulation du savoir : d’une utilisation rituelle, elles ont été réduites à un usage toxique ou une fonction ornementale.

Dans le cadre de ma thèse arts-sciences, nous avons développé une « crème pour voler » au sein de la société de biotechnologie Genialis à Henrichemont (Cher). Cette société œuvre, entre autres, pour une chimie plus écologique qui conserve les propriétés organoleptiques (stimuli sensoriels) des principes actifs et améliore la biodisponibilité (type d’absorption) des préparations. Pour faire les émulsions, les tensioactifs sont remplacés par du mouvement ainsi que des hautes et basses fréquences sonores. La force physique conjuguée du son et du mouvement transforme la matière et semble embrasser des dimensions à la fois ésotériques et scientifiques.

Développée en collaboration avec les chimistes Nicolas Poupard et Aurélie Amilien, notre crème est une réactualisation non-hallucinogène de l’onguent des sorcières. Il s’agit d’une préparation pour la sécheresse vaginale, les muqueuses oubliées, les néo-vagins des femmes trans, ceux asséchés par la ménopause, la chimiothérapie, les médicaments, les traitements hormonaux. Autant de problématiques que l’industrie pharmaceutique qui n’aborde qu’en uniquement en les considérant comme liées aux rapports sexuels, en ne proposant que des lubrifiants. Une crème pour lever le silence qui pathologise notre plaisir. Tenant compte des problèmes de microcirculation, si semblables à ceux qui contribuent aux troubles de l’érection, notre crème contient des plantes qui l’améliorent comme l’achilléé millefeuille et le myrte, des plantes régénérantes comme la rose de Damas et des aphrodisiaques dits « féminins » qui – est‑ce un hasard ? – sont les épices les plus chères de la planète : le safran et la vanille. Des plantes locales entrent alors en synergie avec des plantes voyageuses.

Trait après trait, les végétaux narrent leur instrumentalisation et leur oubli. Alors que la forêt avance vers la catastrophe, la « crème pour voler » renaît de ses cendres pour refaire exister des savoirs passés. Non sans évoquer un univers psychédélique, l’article attire l’attention sur des savoirs ensevelis, féminisés, au centre de nos corps.

crédits

autrice : aniara rodado
design graphique : Camille Olympie
médiation éditoriale : Julie Sauret
support scientifique : Genialis Biotech, Nicolas Poupard, Aurélie Amilien
support financier : Chaire arts et sciences
remerciements : Antre-peaux, Erik Noulette, Alexis Abfayer et Isabelle Carlier

La « crème pour voler » a été présentée dans une installation d’un extracteur d’alcaloïdes DIY de graines de datura et a aussi fait partie d’un test performatif réalisé par 21 personnes présentant de la sécheresse vaginale selon les protocoles de l’industrie cosmétique et avec une dimension somatique. Elle a été proposée au public dans l’installation chorégraphique Against Witch Washing.

droits et références

droits et références iconographiques

plus d'infos réduire

références et bibliographie

plus d'infos réduire

Clifton, Chas. 2019. « Witches Still Fly: Or Do They? Traditional Witches, Wiccans, and Flying Ointment ». Dans Magic and Witchery in the Modern West. Édité par Shai Feraro et Ethan Doyle White. Londres : Palgrave Macmillan. https://doi.org10.1007/978-3-030-15549-0_11

Penicka, Sarah. 2004. « Caveat Anoynter!: A Study of Flying Ointments and their Plants », Dans The Dark Side: Proceedings of the Seventh Australian and International Religion, Literature and the Arts Conference, 2002. Édité Christopher Hartney & Andrew McGarrity. Sydney : RLA Press. https://openjournals.library.sydney.edu.au/index.php/SSR/article/view/210

Ostling, Michael. 2016. « Babyfat and Belladonna: Witches’ Ointment and the Contestation of Reality ». Magic, Ritual, and Witchcraft, vol. 11, no 1 : 30-72. https://10.0.5.73/mrw.2016.0008.

Hatsis, Thomas. 2015. The Witches’ Ointment: The Secret History of Psychedelic Magic. Rochester, NY : Park Street Press : 76.

Geeta, R et Waleed Gharaibeh. 2007. « Historical evidence for a pre-Columbian presence of Datura in the Old World and implications for a first millennium transfer from the New World ». Journal of Biosciences, vol. 32, no 3 : 32. https://doi.org/10.1007/s12038-007-0132-y.

Rhodes, Tim, Magdalena Harris, Francisco Gutiérrez Sanín et Kari Lancaster. 2021. « Ecologies of drug war and more-thanhuman health: The case of a chemical at war with a plant ». International Journal of Drug Policy, vol. 89.

Cencin, Alessandra. 2018. « Les différentes versions de la “découverte” du clitoris par Helen O’Connell (1998-2005) ». Genre, sexualité & société Hors-série no 3. https://doi.org/10.4000/gss.4403.

Waetjen, Elaine, Sybil Crawford, Po-Yin Chang, Barbara Reed et al. 2018. « Study of Women’s Health Across the Nation (SWAN). Factors associated with developing vaginal dryness symptoms in women transitioning through menopause: a longitudinal study. » Menopause. 25 (10) : 1094-1104. https://doi.org/10.1097/GME.0000000000001130

Brand, Donald. 1971. « The Sweet Potato: An Exercise in Methodology ». Dans Man Across the Sea: Problems of Pre‑Columbian Contacts. Édité par Carroll Riley, Charles Kelley, Campbell Pennington et Robert Rands. Austin, TX : University of Texas Press : 343-365. https://doi.org/10.7560/701175-021

Vasconcelos, Danilo de Almeida, Melania Amorim, Lorena de Macêdo Silva Carneiro et al. 2016. « Effects of Strength Training on Microcirculation, Muscle Performance and Functional Independence in Elderly Women [3A] ». Obstetrics & Gynecology 127 : 12S. https://doi.org/01.AOG.0000483298.84198.ad

Roullier, Caroline, Laure Benoit, Doyle McKey et Vincent Lebot. 2013. « Historical collections reveal patterns of diffusion of sweet potato in Oceania obscured by modern plant movements and recombination». Proceedings of the National Academy of Sciences 110 (6) : 2205-2210. https://doi.org/10.1073/pnas.1211049110.

Simon, James. 2016. « Non-Hormonal Treatment of Perimenopausal and Menopausal Climacteric Symptoms [1A] ». Obstetrics & Gynecology 127 : 12S. https://doi.org/10.1097/AOG.0000000000001373.

Federici, Silvia. 2014. Caliban et la sorcière : femmes, corps et accumulation primitive. Traduit par le collectif Senonevero. Marseille/Genève : Senonevero/Entremonde. Éditions Entremonde.

Rodado, Aniara. 2022. « Conjurer les épistemicides. Alliances plantes, sorcières, machines ». Thèse de doctorat, École polytechnique.

pour citer cet article

La citation de cet article est au format Chicago

Rodado, Aniara. 2023. « Crème pour voler : mémoire matérielle d’un épistemicide ? ». Revue .able : https://able-journal.org/fr/creme-pour-voler

découvrir sur les réseaux sociaux

Utilisez les liens ci-dessous pour partager une version adaptée de cette contribution sur les réseaux sociaux :

bientôt

découvrir d'autres articles